Log In
Register   Help
My album reviews/commentsMy collectionMy wish list
Catacombes - "Le Démoniaque" cover art
Band
Albumpreview 

"Le Démoniaque"

(2017)
TypeStudio Full-length
GenresMelodic Black Metal
LabelsHass Weg Productions
Album rating :  80 / 100
Votes :  1
Lyrics > C > Catacombes Lyrics (10) >

"Le Démoniaque" Lyrics

(10)
Submitted by level 록스타
1. (Intro) (1:44)
2. "Le Démoniaque" (5:05)
Sous la ville, dans la pénombre
Entre les murs des catacombes
Dans le froid et l'humidité
Je me noie dans l'obscurité

Je règne ici-bas dans les entrailles de la ville
Peuplées de cadavres en tout genre
Des ivrognes, des bonnes femmes
Des gens d'la haute et puis... des rats!

Plongé dans une ambiance lugubre
Au milieu d'ossements repoussants!
Quand leurs esprits s'en allaient en vadrouille
Ça me filait une de ces trouilles!

Et quand un esprit malfamé
S'empara de mon corps imbibé
Je fus condamné à errer
Dans ces sous-sols abandonnés

Maintenant j'dois sortir en haut la nuit
Afin d'assouvir ses envies
Aussi sombres soient elles
De faire ces horreurs moi je ris!

Là-haut la nuit, dans les rues
C'est le bal des âmes perdues
Je peux leur faire des choses obscènes
Et je n'aurai mmmh... pas de peine!

Je vais devenir l'enfer pour
Tous ceux qui se retrouveront dans mes serres!
Ma pauvre vie était insignifiante
Désormais elle est des plus palpitante!
3. Arsouille mes couilles (4:36)
La nuit commence à tomber
L'heure de sortir prendre un peu l'air
J'vais m'égorger quelques trainées
Commencer tranquillement la soirée!
Viens par ici j'ai beaucoup d'oseille
Approche encore un peu voir! Que je te paye!
J'lui plante quelques coups dans le lard
Et des cris, tout le boulevard!

Je m'en farcis une, sans sa perruque
À cause des cris, un mec me reluque
Il reste là, sans broncher
L'regard vitreux, il est torché!

Il vient du bar, j'y vais m'en jeter une!

Et quand un géant tout crasseux
Fin comme une branche me tire les ch'veux
Gras comme son porc de pote arsouille
Ça recommence les vieilles embrouilles!

J'lui pète les jambes! J'lui pète les jambes!
J'lui pète les jambes et vice versa!

Aiiiiie!

"Calme toi, je suis roi
Des catacombes là tout en bas!"
Il se marre, j'en remets une couche
"Je viens tout droit des enfers!"
Il m'en paye une, j'lui en remets deux
C'est mon nouveau, camarade de jeux!

Et j'lui casse les couilles! J'lui casse les couilles!
J'lui casse les couilles! Et vice-versa!

Ooouuuuiiie!

Fini de jouer, il se fait tard
Je le fini, c'est pas beau à voir
La nuit se meurt, comme mes sacoches!
Bientôt sonneront les sept coups de cloches!
Avant le matin, dans la fosse à purin
Après lui avoir fait les poches!
4. Mortel bordel (4:01)
En plein milieu de la nuit
J'reprends tant bien que mal mes esprits
Je me suis encore fourré dans un taudis
Mais celui-là m'a l'air bien garni!

Je choisi celle-ci, la moins mal-en-point!
Je vais la saccager, coller mon groin dans son foin!
Dans l'escalier la v'là qui boite
Une bonne fessée elle me dit "vires tes pattes!"

Du caractère la fille de joie
Elle fera moins la maline quand elle verra ma praline!

La chambre est glauque, j'en ai la nausée
Puis ça pue la clope oh! Je vais gerber!
Couche-toi là avant que tu m'irrites!
J'vais pas m'éterniser faut que je fasse ça vite

Je la retourne et j'y vais franchement
Peu importe dans lequel, on le saura très vite!
On croirait qu'elle se tape tout un régiment
Tellement qu'elle hurle! J'ai dû lui déglinguer l'urne!

Elle crie à l'aide et ça rapplique
Oh! Toi ta tête va devenir oblique!
Collée sur le rebord de fenêtre que je ferme!
Et j'la ferme! Et j'la ferme! Puis elle est toute abstraite!

Les autres se pointent, elles sont déchainées
Leur copine, elle est toute bousillée!
Je lui ai refait la façade pourtant elle en avait besoin
Mais pas de merci, elles veulent juste me buter!

En fonçant dans le tas, elles n'y peuvent rien
Des poids-plumes, face à mon enclume!
En traversant, j'en récupère une
Jusqu'à la rambarde pour la jeter dans le vide!

En arrivant en bas, au passage je la finis
Un bon gros coup de savate bien senti!
Le calme plat, plus aucun cri
J'ouvre la porte puis je file d'ici!
5. L'antre effroi (6:05)
Plongé dans le noir, dans ces couloirs
Mortuaires et pour seule lumière
Un chandelier!

Au fond des bruits qui résonnent
Il y a quelque chose je frissonne!

J'entends des rires, un courant d'air
Je les sens venir, descendre en enfer!

Un silence et puis des cris
Maintenant c'est moi qui ris!
Ils voulaient connaître la peur
Ils vont l'avoir, la vraie, l'horreur!

Dans les ténèbres, prisonniers de mes griffes
Jusqu'à leur mort ils seront mes sous-fifres!

Dans ma tanière, des brebis égarées
Je vais leur en faire baver!

Un silence et puis des cris
Désormais c'est moi qui ris!
Ils venaient chercher la peur
Ils vont l'avoir, la vraie l'horreur!

Piégés en ses lieux, inutile de prier dieu
Les deux pieds dans la tombe, ils ne partiront plus d'ici!

L'étau se resserre de plus en plus fort
Je leur réserve un affreux sort

Ils ont violé mon antre, je vais m'occuper du sien!
Lui est attaché, il ne fera rien!

Embrasse ta grosse, avant que je l'engrosse!
Il est choqué le gosse et moi je me gausse!

Une vive douleur, mon sang qui coule
Il a osé! T'aurais pas dû ma poule!
J'vais la trancher après t'avoir brisé
Et dans leur agonie, moi je me finis!
6. Pompe funèbre (5:35)
Une poignée d'hommes que j'ai croisé
Portant l'odeur des aristos
En ces lieux sombres, se sont égarés
Ils semblent tous avoir eu, un gros coup de chaud!

Raides et pâles, un dernier râle
Le cigare à l'air, tel des statues de marbre!

Le pantalon aux chevilles
Sûrement pas là pour jouer aux billes!
Un coup vite fait se sont-ils dit
Pas l'temps de finir qu'ils ont péri!

Raident et pâlent, un dernier râle
Le cigare à l'air, tel des statues de marbre!

Sur leur visage à jamais
Resteront gravés leur derniers souffles
Une grimace d'un imminent, fort plaisir intense!
Et pourtant dans leurs yeux, ils sont noyés dans l'effroi!
Un méfait des plus saisissant de celle qui sévit...
Telle une gorgonne!

Tout comme moi, possédée
Leur suce la vie à ces pauvres hommes
Pétrifiés de l'avoir rencontrée
Qui s'attendaient juste à croquer la pomme!

Raides et pâles, un dernier râle
Le cigare à l'air, tel des statues de marbre!

Sur leur visage à jamais
Resteront gravés leur derniers souffles
Une grimace d'un imminent, fort plaisir intense!
Une certaine classe que je ne peux nier
Moi qui suis des plus salissant!
Puisse t-elle un jour me faire goûter à sa ténébreuse...
Pompe funèbre!
7. (Interlude) (1:04)
8. Bar-Tabasse (3:53)
De la gnôle, des branquignols
Qui nous enfument avec leur cigare
Des nez rouges et leur vin... Rouge!
Une étincelle et c'est la bagarre!

Entre les deux avec un verre de pinard
C'est moi, l'étincelle! Ca va être fendard!
Je jette de l'eau de vie chez les colorés
Et c'est parti, ça va valser!

Un silence et ça s'insulte
Le ton monte, ça s'annonce culte!
Dans mon coin, je me fais petit
Je bois mon verre en évitant les débris!

Un spectacle magnifique
Qu'est ce ballet d'alcooliques
Plongés dans un épais brouillard
Les coups foisonnent, je me bidonne!

Les bouteilles se brisent, les crânes se fendent!
Le tenancier qui crise, les dents qui pendent!
Dans ce bistrot, une vraie pagaille
Ah ces vieux pots, de vrais canailles!

Ça me démange de rester là
Faut que j'aille faire deux, trois coups bas
Raviver la flamme de ce brasier
Aller j'y vais sinon je vais me faire chier!

J'agrippe ma chaise, je la soulève
Et je défonce le premier venu!
Elle s'éclate sur son crâne chauve
Et je lui enfonce ma tête dans son torse velu!

La mêlée atteint bientôt son apogée
Les ivrognes se cognent et de plus en plus se fâchent!
Et moi au milieu, je vais les massacrer!
Ces cons de saouls de barils à moustache!
9. Catin crottin (4:36)
"Viens je t'emmène dans mes catacombes
Je vais te montrer ma belle colombe!"
Elle s'enfuit dans le brouillard
Mais je la veux moi la grognasse!
"Hey! Mais je suis un très bon gaillard!"
Je la suis dans une impasse
"Viens je t'emmène dans mes catacombes
J'vais te montrer ma belle colombe!"

Et elle hurle à la mort, ça m'casse les oreilles
Elle me traite de porc, et j'lui croque un orteil!
Mais ça empire les choses, elle ne va plus se taire
Cette grognasse immonde, mais pourquoi j'veux me la faire!?

J'lui colle la tête dans un crottin
Ah qu'elle est belle la vieille catin!
Elle a enfin fini d'gigoter
C'est qu'elle s'y sent bien dans son bousin!

Allez la greluche, montre moi ta peluche
Que j'y jette un œil, avant que je te cueille!
Oh ma bourrique je vais te remplir le caisson
Remue-moi cette barrique à champignons!

Allez ma greluche...
Oh ma bourrique...

J'lui claque dans sa gueule une torgnole
Après avoir fini m'a p'tite affaire
Que la vilaine me pardonne
Elle est bonne pour le cimetière!

Mais pas question!

Je te ramène en bas chez moi
Je te veux toi pour moi tout seul
Et tous les soirs secouer ton minois
Encore et encore dans ton linceul!
10. Croque monsieur (4:45)
Vires de là idiot!" m'insulte le cuistot
Un coup de pied dans les burnes
En me gueulant des mots absurdes
Affalé dans la saleté, je me lève titubant
Les deux poings serrés et une patate dans ses dents!

Je dois le retrouver ce malheureux
Que j'ai planté plus tôt cette nuit
Mais c'est déjà l'aube faut pas trainer
Où j'ai bien pu le planquer!

Un cri strident, ah le voilà!
Et ferme-la gourdasse! Ou tu tâteras d'ma masse!
Le morveux des rues qui m'a estropié
Allez hop dans les égouts
On se retrouvera en dessous!

Ah! Ce p'tit crasseux je dois l'éventrer
Il m'a bouffé les doigts de pieds!

Il était là, à me suivre partout
Un vrai clébard, un petit toutou!
J'aurais dû m'en douter vu sa dégaine
Hey! Il m'a peut-être refilé la gangrène!

C'est quand je l'ai viré comme un malpropre
Il s'est rebiffé c'était un p'tit teigneux!
Étalé dans la boue j'lui donnais des coups
Il m'a mangé le pied et je lui ai fait plein de trous!

C'est l'heure du cours d'anatomie
Je serre les dents, garder mon vomi!
Un coup dans le bas puis jusqu'en haut
Et voilà! Dehors les boyaux!

J'en trouve un, puis deux, puis trois
Le p'tit salaud tiens j'lui bouffe le foie!
C'est qu'il est bien rempli ce con de nain
J'vais en avoir jusqu'à demain matin!

Je vais les recoudre ça va piquer
Pour tuer la douleur, une bonne liqueur!
Les dents qui grincent, des sueurs au front
C'est un calvaire! De la gerbe au menton!

C'est fini c'était une vrai boucherie!
Maintenant j'ai des nouveaux petons tout mignons
11. Bonnes sœurs terreur I (5:17)
C'est en revenant un soir du bar
J'devais être rond comme un boulon!
Que j'me suis arrêté devant l'église
Et j'ai commencé les jurons!

e leur jetais tout plein de cochonneries
Tout ce qui me passait sous la main!
Un foutu tas de saloperies
Et puis même ma bouteille de vin!

Douleurs de ventre, je m'accroupis
Au milieu d'la ruelle, je gémis!
C'est un colosse, un truc atroce!
Quelque chose d'énorme est sorti!

Je l'empoigne alors qu'une nonne
S'empresse de me battre à l'aide d'une pelle
Et puis juste avant qu'elle me sonne
J'lui crie "tiens voilà mes selles!"

Sous mes matières, son visage s'efface
Mais son sourire... me glace!

Les cloches se mettent à sonner
Des nuages recouvrent le ciel étoilé
Une ambiance pesante
L'air... est étouffant!
Les grandes portes s'ouvrent
Un énorme grincement
Je n'en peux plus je souffre!
Un grondement assourdissant!

Un écran de fumé jaillit d'entre les portes
Une lumière éblouissante et se dessinent des silhouettes
Je suis paralysé, mes mains sont mortes
Je peux voir leur visage, elles ont l'air plutôt chouette!

Puis leurs yeux deviennent si blancs
Et dans ma tête résonnent leur voix terrifiantes
"Nous sommes les bonnes soeurs terreurs!
Par les cieux voici notre fureur!"
12. Bonnes sœurs terreur II (7:23)
"Nous sommes les bonnes soeurs terreur
Par les cieux voici notre fureur!"

Un orage éclate dans un fracas ahurissant
Des trombes d'eau et un vent coupant!
Je dois fuir, me réfugier
Dans mes catacombes me terrer!

Dans les ruelles sombres, je détale en sanglotant
Leur lumière divine, est derrière moi je la sens!

Je les vois! Elles sont juste là!
Flottant dans les airs, tel des sorcières!
Les bonnes soeurs terreur!
Qui me feront prisonnier... de leur fureur!

Bientôt c'est ma fin, je suis à bout de force
Je tombe sur mes mains, une douleur au torse!
Et je m'évanouis!

Mes yeux s'ouvrent, un mal de crâne!
Au dessus de moi des vieillardes... en soutane!?
Armées de pelles et de fourches
Elles me bastonnent ces vieilles pots de nonnes!

Mais c'était elles depuis le début!
J'devais en tenir une belle, vu ce que j'ai vécu
Les bougresses! J'vais leur mettre sur la gueule!
Vu la pétoche qu'elles m'ont foutu!

Je leur colle une poire dans la mâchoire
Et elles volent dans les airs je peux voir leur jarretière!
Les bonnes soeurs terreur!
Je leur fais goûter à ma terreur!

Je les castagne dans les lasagnes
Et ces vieilles ruines je leur ai mis la misère elles couinent!
Les bonnes soeurs terreur!
Je leur ai fait goûter à ma fureur!
Info / Statistics
Artists : 30,367
Albums : 107,839
Reviews : 6,825
Lyrics : 107,318
Top Rating
 Mötley Crüe
Girls, Girls, Girls
 rating : 88.8  votes : 12
 Carach Angren
Lammendam
 rating : 90.1  votes : 9
 James LaBrie
Static Impulse
 rating : 84.4  votes : 11